[ Apprendre la photo ] Lumière et mode manuel, comment je fais pour bien exposer mes photos ?

Lumière et exposition : mes photos sont toujours mal exposées ! Je fais comment ?

Bonjour et bienvenu dans ce nouvel article. Vous êtes nombreux en cours à me demander comment on fait pour bien exposer ses photos. Pas de panique ! C’est simple : il faut juste un peu de méthode ! Étudions cela ensemble.

Lorsque nous parlons de bien exposer ses photos, il s’agit d’obtenir la bonne triplette sensibilité, diaphragme, vitesse.

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le triangle exposition

La lumière et le mode manuel : le triangle exposition

Pour savoir quelle triplette choisir, il faut commencer par mesurer la quantité de lumière qui arrive sur la scène. Pour cela il faut se servir d’un posemètre.

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel. Deux posemetres Sekonic

Deux posemetres Sekonic

Le posemètre sait mesurer très fidèlement l’intensité lumineuse (IL) de la scène. Cette mesure en IL nous permet ensuite de déduire tout un ensemble de triplettes sensibilité, diaphragme, vitesse qui convient pour la scène photographiée.

Prenons un exemple. La cellule dit IL=15 pour ISO = 100. Alors, nous avons le graphique ci-dessous :

L’ensemble des couples diaphragme/vitesse pour IL=15 et ISO=100

L’ensemble des couples diaphragme/vitesse pour IL=15 et ISO=100

On voit qu’il existe un ensemble de couples diaphragme/vitesse pour IL=15 et ISO=100 qui laisse entrer la même quantité de lumière : <f2,8-1/4000>  <f4-1/2000> <f5,6-1/1000> <f8-1/500> <f11-1/250> <f16-1/125> <f22-1/60> En choisissant un de ces couples, vous êtes sûr et certain que votre photo sera bien exposée.

Oui mais je n’ai pas de posemètre ! Je fais comment alors ?

Bon d’accord alors on va faire autrement ! Dans ce cas, on va se servir de l’histogramme. Avec un peu de méthode, on va arriver à avoir une mesure presque parfaite. En tout cas largement suffisante pour s’en satisfaire. Je me sers presque exclusivement de la lecture de l’histogramme et je peux dire que cela permet d’exposer… aux petits oignons !

D’abord je règle mon appareil sur MESURE MULTIZONE

Votre cellule à plusieurs façons de fonctionner pour mesurer la lumière. Nous oublierons les modes PONDERATION CENTRALE et SPOT qui sont des modes assez archaïques. Il faut régler votre appareil sur la mesure MULTIZONE qui prend des noms différents suivant les marques : MATRICIELLE chez Nikon et EVALUATIVE chez Canon.

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : mesure multizone

Les pictogrammes pour la mesure multizone suivant les marques

Les pictogrammes ci-dessus permettent de s’y retrouver suivant les marques. Grâce à la mesure MULTIZONE vous aurez une exposition qui sera très proche de ce qu’il faut. Cette mesure intelligente fonctionne très bien lorsque la scène photographiée ne présente pas de contraste. En parlant avec des mots simples, si tout est à l’ombre ou si tout est au soleil. Alors ne nous en privons pas ! Faisons appel à cette mesure qui est la plus performante des mesures. Et une fois la photo faite, nous faisons une lecture de l’histogramme pour savoir si nous sommes bien exposés ou si malgré tout nous sommes sur ou sous-exposition.

Et maintenant c’est quoi l’histogramme ?

Regardez les trois captures d’écran ci-dessous. Elles proviennent de Photoshop CC. Ce sont trois histogrammes issus de trois photos différentes. Vous avez les mêmes histogrammes sur votre écran d’appareil photo.

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : l'histogramme

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : l’histogramme

Faisons la lecture de l’histogramme en allant de la gauche vers la droite. L’histogramme est une représentation de la photo en noir et blanc où sont ordonnés les pixels suivant leur densité de gris. Ainsi à gauche, vous avez les noirs. Au milieu, la gamme de gris. Et à droite, les blancs. En ordonné, il s’agit de la quantité de pixels pour chaque niveau de gris. Cet histogramme n°1 représente une image bien exposée.

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : l'histogramme

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : l’histogramme

Cet histogramme n°2 représente une image où il y a une ou des zones surexposées. En effet, il y a un très grand nombres de pixels blancs. Ce peut être le ciel trop blanc à cause des nuages. Ou bien encore une réflexion du soleil sur une surface réfléchissante… Mais si votre scène photographiée n’a rien de tout cela alors c’est bien que vous avez fait rentrer trop de lumière : votre photo est surex !

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : l'histogramme

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : l’histogramme

Cet histogramme n°3 représente une image où il y a une ou des zones sous exposées. L’histogramme montre à gauche qu’il y a un très grand nombre de pixels complètements noirs. Rien de choquant si, par exemple, je photographie un sous bois. Il y a fort à parier alors que sous les arbres on trouve des zones très sombres voire complètement noires. Par contre, en regardant la partie droite de l’histogramme, on voit qu’il n’y a pas de blanc. Est-ce normal ? Est ce que la scène que j’ai photographiée n’a pas de blanc ? Ce jour là, j’ai photographié une maison avec des murs blancs mais il faisait gris. Il ne doit donc pas y avoir de blanc dans mon image et les pixels les plus clairs seront des gris clairs comme sur l’histogramme ? Oui ? Alors ma photo est bien exposée. Mais si il faisait soleil ce jour là ! Alors dans ce cas, l’histogramme doit trouver des pixels blancs, les pixels du mur. Et là il n’en trouve pas ! Mazette, les pixels les plus clairs sont des gris clairs ! Ma photo est sous-ex !

Et sur le terrain, je fais comment ?

Et bien avant tout séance photo vous devrez mesurer la lumière en faisant des photos tests. Commencez par faire une photo en mode semi-automatique. Par exemple en mode PRIORITÉ DIAPHRAGME. Ensuite, regardez l’histogramme. Evaluez l’erreur d’exposition et corrigez la en mode MANUEL. Ce mode vous permet  de régler le diaphragme et la vitesse à votre convenance. La cellule est donc débranchée. Et ensuite, vous ferez des photos en mode MANUEL jusqu’à ce que l’histogramme soit en accord avec la scène photographiée. Il fait soleil et il y a du blanc dans mon image ? Je dois donc avoir un histogramme du type n°1. Il se met à faire gris ? Je dois donc avoir un histogramme du type n°3. Il fait soleil et celui se reflète sur le lac devant moi ? Je vais faire mes photos tests en ne cadrant pas les zones de réflexion naturellement surexposée… A vous de jouer ! Ça prend un peu de temps mais c’est à ce prix là que vous aurez des images parfaitement exposées !

Mais si la lumière bouge tout le temps, je fais comment ?

Bonne question. Si la lumière bouge en permanence, nous n’avons pas le temps de faire nos photos tests. C’est typiquement le cas lorsque les nuages passent par intermittence devant le soleil. Dans ce cas nous avons différents outils. Ils sont imparfaits mais ils vont nous permettre de nous sortir de l’impasse.

Le correcteur d’exposition

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le correcteur d'exposition

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le correcteur d’exposition

Pour utiliser le correcteur d’exposition, il faut avant tout se mettre en mode semi-automatique (priorité diaphragme ou priorité vitesse). Ensuite, vous devez appuyer sur le bouton +/- en sans le lâcher faire tourner une des molettes de votre appareil photo. Essayez toutes les molettes, il n’y en a pas 500, et quand vous aurez trouvé la bonne vous verrez le correcteur d’exposition bouger. Sur la photo ci-dessus, le correcteur a été mis sur +1 IL (Intensité Lumineuse).  Autrement dit, vous forcez l’appareil photo, en mode semi-automatique, à faire rentrer deux fois plus de lumière que ce que la cellule souhaite faire par défaut. A vous donc de jouer avec !

Le bracketing d’exposition

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le bracketing d'exposition

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le bracketing d’exposition

Le bracketing d’exposition reprend le principe du correcteur d’exposition. Là aussi, il faut se mettre en mode semi-automatique (priorité diaphragme ou priorité vitesse). Sur la photo ci-dessus, le bracketing est réglé sur -1 IL / 0 IL / +1 IL.  Que va-t-il se passer ? Lorsque vous ferez les trois photos, une première photo sera faite avec deux fois moins de lumière que ce que souhaite faire la cellule (-1 IL). Une deuxième photo sera faite avec exactement ce que souhaite faire la cellule (0 IL). Et une troisième photo sera faite avec deux fois plus de lumière que ce que souhaite faire la cellule (+1 IL). Voilà, c’est aussi simple que cela ! Vous avez « encadré » l’exposition en faisant trois photos avec trois réglages différents. C’est maintenant à vous de jouer ! Vous pouvez même pousser plus loin le décalage d’exposition. Regardons la capture d’écran ci-dessous.

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le bracketing d'exposition

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : le bracketing d’exposition

Le bracketing a été décalé vers la droite pour obtenir +1 IL / +2 IL / +3 IL. Pourquoi pas ? Là aussi c’est à vous de voir suivant les situations.

L e bracketing sera très utile quand on n’a pas le temps de bien exposer. Là on se dit qu’il y en aura bien une photo de bonne parmi les trois. Drôle de façon de faire mais comment faire quand on n’a pas le temps ou que la lumière change tout le temps ? Le bracketing d’exposition est une solution.

La mémorisation d’exposition

La mémorisation d’exposition fonctionne très simplement. Vous appuyez sur le bouton de mémorisation et le couple vitesse / diaphragme que la cellule trouve est mémorisée pendant une dizaine de secondes. Si vous constatez qu’il faut laisser le doigt appuyé sur le bouton de mémorisation pour le couple soit conservé, c’est que le bouton est mal configuré. Il faudra entrer dans le menu de votre appareil photo pour régler la mémorisation sur « temporisation ».

ZoomUp cours photo. La lumière et le mode manuel : la mémorisation d'exposition

Les boutons de mémorisation d’exposition. A gauche, chez Nikon. A droite, chez Canon.

Personnellement, je me sers de la mémorisation d’exposition dans deux cas :

  • Lorsque je veux faire une photo qui présente beaucoup de contraste. C’est à dire, à la fois des hautes lumières et des basses lumières. Et je n’ai pas le temps de faire une lecture de l’histogramme. Dans ce cas précis, je sais que la cellule ne sera pas fiable. Qu’elle trouvera un couple vitesse / diaphragme erronée et qu’il y aura de la sur ou sous-exposition. Pour remédier à ce problème, je vais mémoriser la lumière sur le même paysage qui reçoit la même lumière mais en enlevant les ombres du cadrage. Pour ce faire je cadre ailleurs en me pivotant de quelques degrés. Comme la lumière sur cette nouvelle scène est uniforme, je sais que la cellule multizone sera presque bonne. Donc je mémorise, je recadre pour retrouver mon cadrage contrasté et je déclenche. Il y a de fortes chances que la photo soit assez bien exposée.
  • Deuxième cas : le soleil n’a de cesse de passer derrière les nuages.  Je n’ai donc là non plus pas le temps de faire une lecture de l’histogramme. Pour remédier à ce problème, je vais cadrer un paysage devant moi et qui reçoit la lumière du soleil (soit direct soit à travers les nuages) et je mémorise. J’ai ensuite disons 3 secondes pour recadrer et déclencher. Il y a là aussi de fortes chances que la photo soit assez bien exposée.

Bien sûr, cette technique est imparfaite. Mais comment faire lorsqu’on n’a pas le temps de lire son histogramme ? Grâce à la mémorisation d’exposition, j’aurai une exposition assez juste. Et comme pour le bracketing, il faudra faire un peu de retouche sous Photoshop.

En résumé :

Voilà maintenant vous savez tout sur la lumière et l’intérêt du mode MANUEL. Vous êtes maintenant capable de bien exposer vos images en toute circonstance !

Voilà j’espère que cet article aura répondu à votre question. Vous pouvez poser ci – dessous toutes les questions que vous voulez en rapport avec cet article. Je me ferai un plaisir d’y répondre. Merci et à très bientôt.

Sans oublier :

Vous souhaitez progresser encore plus vite ? Prenez des cours dans notre atelier à Belleville. Des cours de 4h30 en petits groupes de 3 à 6 personnes avec des exercices en extérieur pour une pédagogie parfaite ! Un photographe professionnel et pédagogue qui est là spécialement pour vous. Des supports de cours offerts. Les boissons (thé, café, sirops…) à volonté.  Que demandez de plus ! Rendez-vous sur notre site ZOOMUP.FR

Réserver un cours photo

Découvrez la qualité de nos cours de photo en consultant les avis des participants à nos formations photo.

Découvrez les avis des participants

N’oubliez pas de venir découvrir notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/ZoomupBiz

Découvrez notre chaîne YouTube

Et puis c’est TRÈS IMPORTANT :

Si vous aimé notre article alors likez le, commentez-le et partagez-le.

Stéphan

Laisser un message

Gratuit !

Obtenez notre guide photo :

"Les 10 réglages à effectuer pour ne plus commettre les erreurs du débutant"


INCLUS : un GUIDE complet, un BONUS "Trucs de pros" et une VIDÉO de 50 minutes




En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.

Pour connaître mes droits en matière de consentement, je consulte notre politique de confidentialité ici.

Gratuit !

Obtenez notre guide photo :


"Les 10 réglages à effectuer pour ne plus commettre les erreurs du débutant"


INCLUS : notre GUIDE complet plus un BONUS "Trucs de pros" et une VIDÉO de 50 minutes